Tout savoir sur les femmes perverses narcissiques

On ne parle pas assez des femmes perverses narcissiques : leurs caractéristiques, comment elles fonctionnent… Je vais vous en dire plus en terminant avec quelques anecdotes anonymes vécues par ceux que j’accompagne!

 

Deux types de personnalités

 

Il existe deux types de personnalité chez les femmes perverses narcissiques, soit dominante, soit victime.

Ces profils ont tous deux un manque d’empathie et un besoin de nourrir leur côté narcissique et manipulateur.

En réalité, elles ne comprennent pas ce qui se passe en elle et leurs réactions toxiques sont des mécanismes de défense.

 

Elles manquent cruellement d’authenticité. La perverse narcissique essaye de remplir un vide intérieur avec un meilleur statut social, plus d’argent ou de réussite matérielle. 

Elles ont été blessées dans le passé sans avoir pu se libérer de leurs traumas. Elles vivent beaucoup dans l’insécurité, elles sont envieuses, inquiètes, peu sûres d’elles, fragiles et jalouses. Leur personnalité face aux autres est une couverture.

 

Comment les femmes perverses narcissiques nous attirent ?

 

Qu’elle soit ouvertement dominante ou qu’elle apparaisse comme une victime, la femme perverse narcissique est une grande manipulatrice. Elle est très charmante et utilise la sexualité pour débuter la relation le plus rapidement possible et obtenir ce qu’elle veut.

Elle va faire sentir le partenaire qu’elle a choisi comme un homme, un vrai !  « You are the man! »

Le pervers lui, charme en se présentant comme étant l’âme sœur, le gars super attentionné et romantique.

La femme perverse narcissique veut le statut, les biens, l’argent… mais elle ne va pas chercher à l’obtenir par elle-même, elle utilise l’autre.

 

Un amour de soi excessif ?

 

La femme perverse narcissique a besoin d’être le centre de l’attention. Elle se persuade qu’elle est meilleure que les autres, qu’elle a une meilleure vie qu’eux et que tout le monde l’envie. Elle incarne un personnage pour compenser son vide intérieur.

L’avantage pourrait être de s’aimer, s’apprécier, d’avoir de l’estime pour soi. Le problème, c’est que chez la perverse narcissique tout ceci est poussé à l’extrême, c’est fake !

 

Ce n’est pas un amour de soi nécessaire pour s’épanouir mais un amour excessif.  

« Miroir, miroir, dis-moi qui est la plus belle ! » Cela ne vous rappelle rien ? Tout le temps que le miroir satisfaisait l’égo de la belle-mère, tout allait pour le mieux. Seulement, le jour où il a répondu « Blanche-Neige », celle-ci a bien failli mourir.

 

La perverse narcissique est malheureusement malveillante, rancunière et bien souvent cruelle.

Elle aime dire du mal des autres et les intimider. Si elle considère quelqu’un comme une menace au travail ou dans la vie personnelle, elle va s’employer à le discréditer, à dire du mal derrière son dos, à inventer des histoires pour lui nuire. Tout ça l’aide à se sentir mieux par rapport à elle-même.

C’est une compétition par rapport aux autres. Si vous lui dites que vous avez économisé 1 an pour vous acheter un sac Chanel, Lanvin ou Louis Vuitton, elle vous dira qu’elle en a 3 comme ça chez elle…

 

3 expériences vécues avec des perverses narcissiques

La femme perverse narcissique peut être passive agressive. Elle peut dire une chose positive mais pour 10 autres choses négatives. En plus, rien ne l’empêche de faire des critiques avec le plus grand des sourires !

Si on lui fait une remarque, elle est dans le déni :

·      « Qu’est-ce que j’ai encore fait ? »

·      « Mais voyons, je n’ai rien dit de mal ! »

Voici 3 expériences que l’on m’a racontées en consultation au sujet des mères perverses narcissiques.

 

1re histoire : l’abandon

Une mère rejette son enfant et va jusqu’à l’abandonner. Dix ans plus tard, elle revient comme si de rien n’était et lui demande d’oublier le passé. « Je suis ta mère, le passé c’est le passé, n’en parlons plus ! ».

Il est important de souligner qu’une mère peut être tyrannique avec un de ses enfants et avoir un comportement différent avec un autre. Elle est capable d’en rejeter un et de mettre son frère ou sa sœur sur un piédestal.

 

2e histoire : le vol

Une mère volait son propre enfant. En consultation je doutais du montage financier et j’ai conseillé à la victime, mon patient, d’aller voir un avocat. Ce dernier a confirmé l’illégalité des transactions. L’enfant a donc informé sa mère de ce qu’il avait découvert et elle lui a répondu qu’elle faisait ça depuis toujours. Elle l’a fait culpabiliser en lui disant qu’elle ne comprenait pas ses accusations, qu’il n’était pas assez reconnaissant envers elle.

 

3e histoire : l’accusation de viol

Un mari souhaitait divorcer de sa femme perverse narcissique. Quand celle-ci l’a appris, elle a décidé de porter plainte. Elle a déclaré que son mari l’avait violée et aussi qu’il frappait leur enfant. Tout ça n’était qu’un mensonge qui avait pour but de blesser mais également d’obtenir la garde de leur fille. Le pire, c’est qu’elle a même été jusqu’à frapper sa fille pour accuser son mari.

 

 

La femme perverse narcissique brise tous les codes de ce que l’on appelle l’instinct maternel. Pour ne pas vous faire berner, il faut oublier tout ce que vous croyez savoir sur la relation d’amour qui unit une mère à son enfant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Shopping cart
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0
Retour haut de page