Donner un sens à sa souffrance dans une relation toxique

Donner un sens à sa souffrance dans une relation toxique

Lorsque nous vivons une relation qui nous fait souffrir, nous allons, consciemment ou inconsciemment,  donner un sens à cette souffrance. En effet, afin que celle-ci devienne acceptable, notre esprit a besoin de lui donner un sens. En faisant cela, nous donnons du même coup un sens à notre vie toute entière. D’une certaine façon, donner un sens positif à sa souffrance nous rend meilleur.

Encore faut-il que ce sens donné soit positif. Par exemple, les gens qui courent dans les rues de Montréal alors qu’il fait -12°C et qu’il y a de la neige sur les trottoirs, ou la mère célibataire qui doit assumer 2 jobs pour élever ses enfants… Ces personnes acceptent de souffrir car cette souffrance a un sens positif pour eux : améliorer des compétences sportives ou assurer une bonne vie à ses enfants.

Personnellement, j’admire beaucoup ces gens car ils ont beaucoup de courage et ne se laissent pas engloutir par les difficultés de la vie.

Mais que se passe-t-il quand le sens donné à notre souffrance se révèle être un sens négatif ?

Le sens donné à la souffrance dans une relation toxique

Dans le cas d’une relation toxique avec un pervers narcissique, celui-ci va donner un sens négatif à votre souffrance, ce qui se traduira par les nombreux reproches qu’il vous adressera :

  • Vous êtes trop exigeante
  • Vous êtes trop sensible
  • Vous n’êtes pas assez bonne avec lui
  • Vous n’êtes pas assez compréhensive avec lui
  • Vous ne le comprenez pas
  • Vous n’avez pas d’humour
  • C’est de votre faute si la relation ne fonctionne pas
  • Etc

Le message que vous envoie alors la personne toxique, c’est que si vous souffrez, c’est uniquement à cause de vous-même, à cause de qui vous êtes. Ce ne peut en aucun cas être à cause de lui.

D’autre part, le sens que vous allez donner à votre souffrance peut ne pas être le bon :

  • J’endure cette relation toxique pour mes enfants
  • C’est dur pour le moment mais cela va rapidement s’améliorer (vous avez l’espoir que cette difficulté n’est que passagère)
  • De toute façon, toutes les relations sont souffrantes, donc c’est normal d’endurer celle-ci

Prenons un exemple : Nelson Mandela est resté 27 ans en prison. Le célèbre coach Tony Robbins lui a un jour posé la question : « Comment avez-vous fait pour survivre 27 ans en prison ? ». Mandela lui a alors répondu : « Je n’ai pas survécu, je me suis préparé ». Nous connaissons tous la vie de Mandela ; nous pouvons donc facilement deviner à quoi il se préparait durant ces longues années de captivité…

Être dans une relation toxique, c’est en effet un peu comme être en prison : on se sent surveillé, contrôlé, rabaissé, humilié…

Alors, posez-vous la question : Quel sens pouvez-vous donner à cette relation ? À quoi vous prépare cette relation toxique ?

À quoi peut bien vous préparer une relation toxique ?

Il est important de toujours voir le côté positif des choses : Dites-vous que cette relation, aussi toxique soit-elle, vous prépare à une foule de choses positives :

  • Elle vous prépare à revivre
  • Elle vous prépare à grandir
  • Elle vous prépare à vous libérer
  • Elle vous prépare à vous choisir
  • Elle vous apprend à dire NON
  • Elle vous apprend à vous prioriser, à penser à vous
  • Elle vous apprend à vous libérer de la dépendance affective

Il est important de vous choisir un BUT, une RAISON, un sens à donner à la souffrance que vous endurez.

Je vous propose maintenant de réaliser un petit exercice. Essayez de terminer cette phrase : « Je me prépare à… ».

Reprenez votre vie en main !

Donner un sens positif à sa souffrance permet de reprendre le contrôle sur sa vie, de la diriger vers des lendemains meilleurs.

Autre avantage de lier sa souffrance à un sens positif : cela permet de sortir plus rapidement et plus facilement de cette situation de souffrance.

Le problème principal avec une relation toxique, c’est que le pervers narcissique qui nous l’inflige nous fait croire que le problème vient uniquement de nous. Le manipulateur nous suggère donc qu’aucune issue n’est possible. Il va même plus loin : il nous fait croire que nous méritons notre souffrance. Difficile de faire plus horrible comme manipulation mentale…

Je vais maintenant vous parler un peu de moi, de mon expérience personnelle. J’ai en effet exactement vécu cette situation. J’étais envahi par un grand mal-être car je m’étais persuadé que j’étais « défectueux », que j’avais de grandes lacunes, que je n’avais pas de sang dans les veines, que j’étais trop sensible. Bref, que j’étais très imparfait et qu’il me manquait tout un tas de choses pour me sentir épanoui.

Comme nous venons de le voir, il est donc possible de donner un sens positif ou négatif à sa souffrance.

Le grand champion de boxe Mohamed Ali a dit : « J’ai détesté chaque minute d’entraînement, mais je me suis dit n’abandonne pas, souffre maintenant et vis le reste de ta vie comme un champion ».

En guise de conclusion : Réfléchissez sur le pourquoi de votre souffrance

Résumons donc cet article en quelques mots. Donner un sens à votre souffrance vous permet :

  • De définir la direction vers laquelle vous voulez aller
  • D’agir plus efficacement
  • De surmonter votre souffrance
  • De donner un sens à votre vie

Le célèbre psychiatre Viktor Frankl a dit : « S’il y a un sens à la vie, il faut qu’il y ait un sens à la souffrance ».

Et maintenant, à vous de jouer ! Fermez les yeux pendant 2 ou 3 minutes et posez-vous ces 2 questions :

  • Quel sens donnez-vous actuellement à votre souffrance ?
  • Si ce sens est positif, parfait ! Vous êtes sur le chemin de la guérison. S’il est négatif, mon conseil serait de trouver un nouveau sens à votre souffrance, un sens qui vous pousse à grandir, à aller vers la personne que vous souhaitez incarner.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0
Retour haut de page