8 types de parents toxiques

8 types de parents toxiques

Comment reconnaître un parent toxique ? Si vous avez des doutes par rapport à l’attitude d’un de vos parents, je vais vous aider à y voir plus clair. Dans cet article, je vais vous montrer comment identifier les parents toxiques et aussi vous parler de l’impact de leurs comportements sur leurs enfants devenus adultes.

 

1.    Le parent distant

 

Le parent distant ignore la présence de son enfant. Ce qu’il veut ou ce qu’il désire n’est pas pris en compte. Il agit comme si l’enfant n’existait pas. Une forme de violence silencieuse mais qui n’en est pas moins douloureuse.

Cela peut s’observer de différentes façons. Le parent toxique ne regarde pas l’enfant qui lui parle, s’absente énormément pour le travail… Pire encore, il adopte une attitude complètement différente avec un frère ou une sœur. Avec ce deuxième enfant, il est capable d’apporter toute l’attention qu’il ne donne pas à l’autre.

 

L’impact sur l’adulte :

Cette éducation fait des ravages. Inconsciemment elle signifie à l’enfant négligé qu’il n’est pas important aux yeux de ses propres parents et donc qu’il n’a aucune valeur.

Devenu adulte, cet enfant a cruellement besoin d’être aimé. Sa peur de décevoir les autres est exagérée.

Peu confiant en lui, il est introverti et a peur du conflit. Il a du mal à dire non et peut par conséquent, laisser des gens mal intentionnés profiter de la situation.

 

2.    Le parent dominateur

 

Ce type de parents contrôle totalement la vie de son enfant. Choix de ses vêtements, de ses activités extrascolaires, de ses amis ou de ses études.

« Heureusement que je t’aide sinon ce serait encore la catastrophe » : Voici le type de phrases que le parent dominateur peut prononcer. Il envoie le message à son enfant que sans lui, il n’est rien.

Il ne le considère pas comme un être à part entière mais comme une extension de lui-même et reste persuadé d’agir au mieux.

 

L’impact sur l’adulte : 

Cela crée un vide intérieur chez l’adulte. Il peut devenir soumis ou au contraire rebelle mais il agit en réaction au parent toxique, pas en fonction de lui.

Personnellement, je ne pensais pas être sous le contrôle de mon père mais je me trompais. De nature rebelle, j’ai fini par réaliser que certains de mes actes étaient conditionnés par mon éducation. J’agissais en réaction aux convictions de mon père. Je faisais ce qu’il ne voulait pas que je fasse, pas ce que je voulais faire !

 

3.    Parent émotionnellement absent

 

Ce parent toxique néglige complètement les émotions de son enfant. Il ne lui dit pas qu’il l’aime, ne lui fait jamais de câlins. Il reste froid et insensible.

Parce que l’amour est impossible, l’enfant en quête d’attention doit provoquer la colère du parent émotionnellement absent et s’en contenter.

 

L’impact sur l’adulte :  

La personne qui a subi ce comportement est à l’âge adulte déconnectée de son ressenti. Elle a du mal à créer des relations profondes avec les gens et donc à se faire des amis. Elle est isolée, elle souffre d’un manque d’amour qu’elle peut essayer d’oublier avec la drogue.

 

4.    Le parent instable

 

Avec le parent instable ou lunatique, vous ne savez jamais à quoi vous attendre.

Il peut être de bonne humeur et l’instant d’après piquer une colère pour quelque chose sans importance. Il peut aussi se montrer attentionné et délaisser son enfant 10 minutes plus tard. Il complimente un jour et critique le lendemain. Il se montre affectueux et rejette son enfant les heures qui suivent…

 

L’impact sur l’adulte :

Cette attitude est destructrice. Les personnes qui connaissent cette situation dans leur enfance sont complètement perdues dans leurs émotions. Elles manquent de confiance en elles et dans les autres. Elles sont très sensibles au rejet et donc prêtes à tout pour conserver une relation. De ce fait, elles sont particulièrement à risque de fréquenter des personnes toxiques.

 

5.    Parent violent

 

Le parent violent est un tyran. Il a un besoin de contrôle et de domination. Il n’accepte pas que l’on contrarie ses ordres. Au moindre écart, il se met en colère et devient agressif.

Il existe des signes très concrets dans ce type de cas, à savoir la violence verbale et physique.

L’enfant n’a pas son mot à dire, une fois de plus, il est vu comme une extension du parent toxique.

 

L’impact sur l’adulte :

L’enfant grandit avec la peur du conflit. Craintif, il dit oui à tout pour éviter les problèmes. Dans certains cas, il peut aussi évoluer et adopter les traits de personnalité du parent violent. Quoi qu’il en soit, sa difficulté à gérer les émotions est bien réelle. 

 

6.    Parent fusionnel

 

Ce parent toxique est plus difficile à identifier. Il n’est pas violent avec son enfant, ne le néglige pas. Au contraire, il a besoin de lui en permanence mais croit aussi l’aider. Il entretient une relation fusionnelle avec son enfant.

Il pense être bienveillant mais ne l’est pas : « Je dois aider ma fille comme elle n’arrive pas à se débrouiller toute seule ». 

Là encore, les limites entre le parent et l’enfant ne sont pas respectées. L’enfant n’est pas libre. Son père ou sa mère toxique vit à travers lui, en est complètement dépendant.

Il lui téléphone deux fois par jour, lui conseille d’habiter près de chez lui… Finalement, il se révèle intrusif et contrôlant. Si l’enfant devient distant, il le culpabilise ou le rejette.

 

L’impact sur l’adulte :

Devenu adulte, l’enfant du parent fusionnel a des difficultés à se détacher et à agir pour son bien-être. Il culpabilise d’être indépendant, de couper le cordon. Il souffre aussi de problèmes identitaires et a parfois du mal à donner un sens à sa vie.

 

7.    Le parent enfant

 

Incapable de jouer son rôle d’adulte, il demande implicitement à l’enfant de devenir le parent.

C’est le cas par exemple, d’une mère dépressive qui se repose entièrement sur son enfant. Elle l’accable d’avoir d’autres préoccupations et déverse sur lui tous ses problèmes personnels. 

Elle peut aller jusqu’à lui faire part de ses pensées suicidaires. Dans ce schéma familial, parfois c’est le père qui ne veut pas s’occuper de la mère et qui charge l’enfant de le faire. Il peut aussi lui faire comprendre que s’il ne fait pas ce qu’il faut pour qu’elle aille mieux, elle peut mourir.

 

L’enfant prend en charge de nombreuses tâches quotidiennes : ménage, repassage et devient même thérapeute ! Psychologiquement, c’est très lourd pour lui. Il perd son insouciance et ne joue plus avec ses amis. Si sa mère ne va pas mieux, il sombre dans la culpabilité.  

 

L’impact sur l’adulte :

Les adultes qui ont vécu cela avec leurs parents n’ont pas eu d’enfance et peuvent avoir des difficultés à nouer des relations intimes.

 

8.    Parent pervers narcissique

 

Ce parent toxique n’a aucune empathie. Profondément narcissique, tout tourne autour de lui.

Il joue de son pouvoir et de son contrôle sur l’enfant. Il critique volontairement tout ce qu’il aime et le compare aux autres (frère, sœur, cousin…).

Tout est sous condition : l’intérêt, la gentillesse, l’amour du parent. L’enfant doit faire tout ce qu’on lui demande sinon il est immédiatement sanctionné : critiques, humiliations, mépris.  

En apparence, c’est la famille parfaite ! Parce qu’il a besoin d’être aimé, l’enfant victime du parent pervers narcissique peut être le meilleur de la classe ou extrêmement bien élevé.

Dans les faits, c’est un enfant utilisé pour les besoins du parent : vie par procuration, image que l’on donne en société…

 

L’impact sur l’adulte :

 

Adulte, il se sent seul, souffre d’une dissociation interne et d’une perte de repères. Comme pour les autres victimes de parents toxiques, il manque d’estime et peut donc être plus facilement attiré par des pervers narcissiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0
Retour haut de page